Je m’abonne au journal le Correspondant à partir d’un 1€ par mois

Le Correspondant à partir de 1€ par mois

14 mai 2021

Bientôt, un nouveau choc pétrolier ?

Le Coronavirus assène un « uppercut » au marché pétrolier mondial, avec une baisse spectaculaire des prix. A moyen terme, peut-on craindre un contre-choc pétrolier semblable à celui de 1986 ? Quels seront ses perdants et ses gagnants ? Y aura-t-il un nouvel ordre énergétique mondial ? Le Correspondant a interrogé Nassima Ouhab-Alathamneh, universitaire, docteure en sciences politiques et enseignante en économie de l'énergie à l’université de Nanterre.

Le Coronavirus assène un « uppercut » au marché pétrolier mondial, avec une baisse spectaculaire des prix. A moyen terme, peut-on craindre un contre-choc pétrolier semblable à celui de 1986 ? Quels seront ses perdants et ses gagnants ? Y aura-t-il un nouvel ordre énergétique mondial ? Le Correspondant a interrogé Nassima Ouhab-Alathamneh, universitaire, docteure en sciences politiques et enseignante en économie de l’énergie à l’université de Nanterre.

 

Le Correspondant : Quel marché pétrolier aura-t-on, après la crise sanitaire du coronavirus ?

 

Nassima Ouhab-Alathamneh : Aujourd’hui, on est dans la stagnation des échanges internationaux. De ce fait, les prix du pétrole – déjà au plus bas depuis 2014 – vont certainement subir des replis, dans les prochains mois.

Ce déclin viendra s’ajouter aux difficultés traversées, ces derniers temps, par le monde des hydrocarbures, à cause de la décision de l’Arabie Saoudite, de la Russie et du Qatar, de faire grimper leur production (500 000 barils, par jour, pour la Russie et 2 millions de barils quotidiens pour l’Arabie Saoudite et 1 million pour le Qatar).

 

Quel sera l’impact de cette nouvelle baisse des prix sur les pays émergeants ? 

Cela pourrait bousculer l’équilibre de plusieurs pays, dont l’économie repose essentiellement sur la rente pétrolière. Prenez le cas de l’Algérie, troisième producteur d’hydrocarbures en Afrique, avec 12,8 milliards de barils. Ce pays, entièrement dépendant de son pétrole, a besoin d’un baril à 90 dollars, pour assurer sa stabilité budgétaire. Or, à cause de la baisse des prix, ses extractions du brut ont connu une baisse de 16 % en moyenne. Et cela a accentué le déséquilibre financier des algériens.

A terme, ce pays – comme d’autres – pourrait recourir à l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels (shale oil). Pour autant, leur économie ne va pas retrouver un nouvel élan. Car le marché du schiste n’est pas rentable : la demande est moins importante qu’avec le pétrole et ses coûts d’exploitation sont plus élevés. D’ailleurs, les producteurs de schiste américains estiment qu’un baril à 65 dollars ne compense pas les investissements nécessaires au forage des puits, car les mécanismes et les technologies déployés sont plus coûteux que les volumes à extraire.

 

Et l’Opep… Ce n’est pas  cette organisation, qui est censée réguler les cours et les volumes de production ? 

Oui, mais les membres de l’Opep ont du mal à accorder leurs violons. Des querelles politiques et économiques sont un fléau entre l’Arabie Saoudite et l’Iran. L’Arabie Saoudite joue un rôle prépondérant au sein du Cartel. L’attitude dominatrice de Mohamed Ben Salman, sur l’échiquier international, pourrait inciter certains membres à quitter l’Opep, comme cela a été le cas pour le Qatar en 2018.

Auquel cas, c’est toute l’influence de l’Opep qui va se retrouver diminuée. Ce sera alors la porte ouverte aux abus, car le rôle de l’Opep demeure prééminent, pour le maintien de l’équilibre entre l’offre et la demande. A fortiori, avec la crise sanitaire engendrée par le covid-19 et le reflux de la demande chinoise.

Mais ce ne sont là que des prévisions. La dynamique chinoise pourrait changer la donne. Pékin est l’un des plus grands consommateurs d’énergie (entre 3 et 4 millions de barils par jour) et la relance de son économie pourrait faire monter les prix, pour leur permettre de gagner quelques points.

 

Donc, la Chine en sauveur … Sommes-nous aux portes d’un nouvel ordre énergétique mondial ?

Nous assistons depuis quelques années à une véritable « guerre froide » sur le marché énergétique. Et la situation a encore empiré, depuis l’émergence du schiste américain, qui a propulsé les États-Unis au premier rang mondial, devant l’Arabie Saoudite. Leurs querelles incessantes avec la Russie, via le duel Arabie Saoudite-Iran, vont certainement affecter davantage les cours.

Et c’est dans cette brèche que la Chine est en train de se glisser pour reprendre le leadership. Avec l’objectif, sur le long terme, de stocker les hydrocarbures et de devenir exportateur. Et n’oublions pas que Pékin a les moyens de ses ambitions : la Chine a des réserves stratégiques suffisamment abondantes, pour alimenter les industries locales et le marché mondial. De plus, elle a développé des nouvelles énergies, qui pourraient se substituer aux énergies fossiles et reconfigurer les besoins énergétiques de plusieurs États.

 

 

 

 

 

 

 

Leco en image

Full Moon

Borderline est une émission du Correspondant, présentée par Tristan Delus. Cette fois, il vous emmène en mer de Chine, à la découverte de l’une des fêtes les plus folles du monde, pour la pleine lune : la Full Moon Party. Chaque mois, ils sont des milliers à s’y rendre, ils viennent de France, d’Amérique ou du Moyen Orient. Avec une seule règle : s’éclater jusqu’au lever du jour. Et sans modération !

Suivez-nous

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
l’instant t

Avignon : une autre affaire “Gaudin”

Mauvais élève qui saute les classes, en copiant sur le voisin ou nouvelle épidémie politique, partie de Marseille pour gagner le reste de la France ?

L’enfer des étudiants coréens

80% de la péninsule sud-coréenne était analphabète dans les années 60. Aujourd’hui ? Ses étudiants sont propulsés en tête des classements internationaux. Mais ce n’est là que

Une pharmacie sous perfusion

« Hier, c’était un établissement en pleine forme ; aujourd’hui, ce n’est plus qu’un grand corps malade » : c’est par ce cri de désespoir que Monique Chapelle nous accueille

Au Maroc, le hachisch est roi

« Pour des raisons thérapeutiques », disent-ils… Depuis près d’un mois, le sujet du cannabis est au centre des débats au Parlement marocain. Non pour renforcer les

Mourir de faim et du corona !

L’économie, le travail, l’école, la santé… rien ne marche vraiment en Haïti, écrit notre correspondant à Port-au-Prince. Tandis que le covid-19 continue à faire des

Amirouche ou la sale guerre d’Algérie

  Légende ou terroriste ? C’est au choix quand on évoque le nom de Amirouche Ait Hamouda, chef rebelle pendant la guerre d’Algérie, traqué pendant

La Guyane, on s’en tape ?

Depuis le mois de mars, le front de la guerre contre le coronavirus est ouvert. Macron et son gouvernement ont enfilé le treillis, masque obligatoire