Le Correspondant, journal d'Investigation et du grand reportage

Le journal qui retourne le couteau dans l’info

17 juin 2024
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Feu sur Camus

Pire qu’une immense boule de feu sur le toit de Notre-Dame, « Oublier Camus », sorti en septembre dans les librairies ( Edition « la Fabrique » ), va déclencher un tsunami dans l’opinion publique. C’est un livre qui démonte, pièce par pièce, l’image lénifiante d’Albert Camus, l’écrivain le plus populaire en France et le Français le plus lu dans le monde.

 

Son auteur, olivier Gloag, Professeur associé à l’université de Caroline du Nord (UNC) à Asheville, donne une image hilarante d’Albert Camus et des traces fortes qu’il a laissées dans la société française. Selon lui, Camus n’est qu’un colonialiste qui « a choisi sa mère à la justice », avec la littérature de l’absurde en bandoulière, « comme refus du cours de l’Histoire » de l’Algérie française.

 

Autre message : les œuvre de Camus sont montées de toute pièces pour légitimer la présence française en Algérie et freiner la décolonisation. Que ce soit l’Etranger, la Peste ou le Premier Homme … elles ne sont que des supports littéraires de l’obsession colonialiste de l’auteur. Plus tard, elles sont devenues la « bible » des ultras de l’Algérie française, aujourd’hui encore attachés à l’ancienne terre coloniale comme à son sous-sol regorgeant de minerais et de pétrole.

 

Preuve, s’il en est besoin, « elles plaisent à droite comme à gauche » et on les évoque dans « les discours politique et dans les médias », à chaque fois qu’il est besoin d’instrumentaliser « l’humanisme abstrait » de Camus, pour entretenir la fiction du paradis colonial, injustement perdu.

 

N’en doutez pas : ce libelle glaçant est assurément le livre de la rentrée qui va faire plus de bruit. D’autant que l’auteur ne se contente pas de dresser un constat et de pointer les contradictions de Camus », il veut gommer ce « Camus-là » (d’où le titre du livre : « Oublier Camus ») : cet « enjeu politique et idéologique », qui a permis de « falsifier l’histoire coloniale » en imposant sa marque jusque « dans les programmes scolaires ».

 

Comment va réagir le lobby des néo-colons ? Va-t-il se saisir de cette édition, pour distiller encore sa haine ritualisée et renvoyer un coup de « Gégène » médiatique de l’autre côté de la méditerranée ? Au plus fort d’une brouille sans fin, entre la France et l’Algérie… 

Leco en image

Full Moon

Borderline est une émission du Correspondant, présentée par Tristan Delus. Cette fois, il vous emmène en mer de Chine, à la découverte de l’une des fêtes les plus folles du monde, pour la pleine lune : la Full Moon Party. Chaque mois, ils sont des milliers à s’y rendre, ils viennent de France, d’Amérique ou du Moyen Orient. Avec une seule règle : s’éclater jusqu’au lever du jour. Et sans modération !

Suivez-nous

l’instant t
Mort de Marzouk Hamniane, grand artiste algérien

Marzouk Hamiane, mort d’un grand artiste

Mort de l’artiste algérien, Marzouk Hamiane, à la suite d’une opération chirurgicale dans un hôpital d’Alger. Hommage poignant de son ami, Djaffar Ben Mesbah, journaliste,

Quand le Canard carnarde les Palestiniens

Quand le Canard canarde les Palestiniens…

“Les semaines passent et le Canard Enchaîné poursuit sa ponte dans un nid de mitrailleuses, couvant les oeufs de Netanyahou. Sans une larme d’oiseau pour

Liberia, “le si mal nommé”

Dans ce monde de zapping, où le futur est collé au présent, le journaliste, Christophe Naigeon, a décidé de « déterrer » un conflit oublié.

Spécialiste de l'autisme, Hans Asperger, le docteur des Nazis, qui a envoyé des milliers d'enfants autistes à la mort

Autisme : guerre et psy !

Chaque année, c’est le même “poisson” d’avril : on célèbre la journée de l’autisme, on dénonce la ségrégation, on saupoudre les familles de grosses promesses…