Je m’abonne au journal le Correspondant à partir d’un 1€ par mois

Le Correspondant à partir de 1€ par mois

24 juin 2021

Ainsi se suicident nos étudiants

Jusque-là, le grand public pensait que le suicide était l’apanage des personnes fragiles, bipolaires ou traumatiques. Las. En France, le suicide est la deuxième cause de mortalité chez les jeunes de 15 à 24 ans. Un étudiant sur cinq avait déjà pensé à abréger. Depuis l’apparition du covid-19, le corps universitaire est plongé dans l’hécatombe. Ils sont des dizaines à répondre à l’appel de la mort. Victimes de dépression ou d’enfermement, plombés par le chômage et les difficultés à payer leurs loyers ou frais de scolarité, ils ont décidé que c’est plus « raisonnables » de mettre un terme à leur vie.

 

Au premier suicidé, un jeune lyonnais, la presse est montée au front, les politiques feignent de découvrir leur mal. De même que Jeanne D’Arc est partie sauver l’honneur, le gouvernement met en place le plan Marshall : des repas à un euro, « 1 jeune, 1 mentor », des « chèques psy », prise en charge par la sécurité sociale. Des milliards d’euros sont censés être versés, pour mettre du baume au cœur des étudiants et stopper l’agonie. Mais le phénomène s’enkyste. Leur nombre est si important qu’on arrive même plus à les compter…

 

Lundi 24 août 2020, un jeune étudiant en informatique se donne la mort. A 25 ans, il s’est défenestré de sa résidence universitaire, sur le campus de la Rochelle. Maël Flegeau-Kihal, étudiant en deuxième année d’architecture à l’ENSA Val-de-Seine, se suicide à la rentré 2020. Mercredi 23 septembre, Doona, 19 ans, met fin à ses jours, en se jetant sous un train. Elle était étudiante en psychologie à l’Université Paul Valéry, Montpellier 3. Le 18 novembre, toujours à Montpellier, un étudiant de 24 ans s’est défenestré du quatrième étage de son appartement. Le 9 janvier 2021, c’est à l’Université de Lyon 3 qu’un élève en master a tenté de se suicider, en se jetant du cinquième étage de son logement. Seulement trois jours plus tard, le 12 janvier 2021, nouvelle tentative à résidence universitaire à Lyon.

 

Ces cas ne sont pas isolés. Ils sont la preuve que le phénomène n’est pas un variant du covid-19. Il est là, présent, violent, depuis longtemps.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Connectez-vous pour le déverrouiller

 

A lire aussi : La détresse des élèves infirmières 

 

Leco en image

Full Moon

Borderline est une émission du Correspondant, présentée par Tristan Delus. Cette fois, il vous emmène en mer de Chine, à la découverte de l’une des fêtes les plus folles du monde, pour la pleine lune : la Full Moon Party. Chaque mois, ils sont des milliers à s’y rendre, ils viennent de France, d’Amérique ou du Moyen Orient. Avec une seule règle : s’éclater jusqu’au lever du jour. Et sans modération !

Suivez-nous

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
l’instant t

La claque !

Une claque, deux France. Une France indignée, une autre réjouie. Voici l’etat du pays, au lendemain de l’agression du Président Macron, ce mardi 8 juin,

La « botte » people

Principale ville du sud de l’Albanie, Vlora est devenue la principale destination des voyageurs en provenance d’Italie, de l’autre côté de la mer adriatique. Ils

Hitler : la France et le mépris

A l’occasion de la réédition d’une nouvelle version de “Mein Kampf”, par les éditions Fayard, Christophe Weber, lauréat du prix Albert Londre, revient sur le

Justice : sous la loi de la mafia corse

Après les accusations d’assassinats, le détournement de fond… Repenti autoproclamé de la redoutable mafia corse, condamné en 2019, puis libéré en 2020, Claude Chossat les

La détresse des élèves infirmières

Elles vivent un enfer du début à la fin de leur formation. En tous cas, pour celles qui vont au bout… 40% d’entre elles lâchent

Ainsi se suicident nos étudiants

Jusque-là, le grand public pensait que le suicide était l’apanage des personnes fragiles, bipolaires ou traumatiques. Las. En France, le suicide est la deuxième cause