Je m’abonne au journal le Correspondant à partir d’un 1€ par mois

Le Correspondant à partir de 1€ par mois

4 août 2021

La saison des tueurs

Chronique d’Haiti, victime de son régime et de ses groupes armés, qui ont liquidé toute tranquillité dans le pays. Assassinants, enlèvements, tortures… Une enquête réalisée et publiée bien avant l’assassinat, ce 7 juillet 2021, du Président haïtien, Jovenel Moïse, par un commando armé. 

 

 

Luckner Joseph est sans abri. Sa maison ? Un trottoir, un bout de carton. Les balles, les corps qui tombent, il les a vus. La douleur, il en connait aussi. Il revient d’un long périple dans l’horreur : la disparition de sa fille, fauchée dans la zone de Kafou Labatwa, à Port-au-Prince, capitale haïtienne. Du jour au lendemain, il a tout perdu. Tout : maison, travail, argent. Il est venu vivre dans la rue, là où sa fille a rendu son dernier souffle. « Pour continuer à la sentir ».

 

Depuis, il a la violence plein les yeux. Il peut passer des heures à égrener les victimes qu’il vues tomber : cet enfant de 5 ans, qui s’est écrasé sur le bitume, quand il a chuté des bras de son père, mitraillé. Cette femme, vendeuse ambulante de fruits et légumes : elle a été abattue à bout portant devant un commissariat de police. Ou ce mulâtre qui a été poussé dans une voiture aux vitres fumées, par deux hommes armés. « Quelques jours après, ils en ont parlé à la radio … ».

 

La peur des bandits et des ravisseurs ? Ca ne le connait pas, « car il n’a rien à perdre », mais « les gens ne s’arrêtent même plus pour lui donner une pièce, car pressés de rentrer chez eux, pour se mettre à l’abri », ajoute-il, juste avant de s’éloigner avec son baluchon, dans le dédale des rues environnantes. Les « rues des pas perdus »

 

C’est bien ce tableau rouge sang que reflète l’état de ce pays maudit, longtemps écrasé par les dictateurs et les souffrances d’un peuple traqué, affamé ou tué. Une crise multiforme, aggravée, ces derniers temps, par l’hydre mortifère des groupes armés, qui ont liquidé toute tranquillité en Haïti.

Assassinats, trafic d’armes, enlèvements : récemment encore, c’est le président de la division américaine de l’Eglise Aventiste et sa fille, Elie Henry, qui sont enlevés dans le quartier huppé de Pétion-Ville. Avant d’être relâchés, quelques jours plus tard. Montant de la rançon : cinq millions de dollars. Prix de leur liberté. Mais, fait curieux, la presse locale ne s’est même attardée sur l’examen des circonstances et les raisons de ce rapt. Les journalistes étaient davantage surpris par le dénouement “heureux” de l’affaire, que par son caractère criminel. Car, la plupart du temps, ce sont les morts qui mitraillent les manchettes.

 

Les chiffres sont assommants :

Ce contenu est réservé aux abonnés

Connectez-vous pour le déverrouiller

Leco en image

Full Moon

Borderline est une émission du Correspondant, présentée par Tristan Delus. Cette fois, il vous emmène en mer de Chine, à la découverte de l’une des fêtes les plus folles du monde, pour la pleine lune : la Full Moon Party. Chaque mois, ils sont des milliers à s’y rendre, ils viennent de France, d’Amérique ou du Moyen Orient. Avec une seule règle : s’éclater jusqu’au lever du jour. Et sans modération !

Suivez-nous

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
l’instant t

Les reporters low cost du journalisme de guerre

Au départ, un simple reportage sur le front irakien. A l’arrivée, des mines antipersonnel, trois morts, un défaut d’assurance et des indemnisations à la tête

Fayard, mon combat

“Mein Kampf”, retapé et lifté. C’est la dernière trouvaille des éditions Fayard, qui publie une nouvelle version du livre d’Adolf Hitler, à grand renfort de

La claque !

Une claque, deux France. Une France indignée, une autre réjouie. Voici l’etat du pays, au lendemain de l’agression du Président Macron, ce mardi 8 juin,

La « botte » people

Principale ville du sud de l’Albanie, Vlora est devenue la principale destination des voyageurs en provenance d’Italie. Ils ne traversent pas l’Adriatique pour faire du

Hitler : la France et le mépris

A l’occasion de la réédition d’une nouvelle version de “Mein Kampf”, par les éditions Fayard, Christophe Weber, lauréat du prix Albert Londre, revient sur le