Je m’abonne au journal le Correspondant à partir d’un 1€ par mois

Le Correspondant à partir de 1€ par mois

24 juin 2021

La claque !

Une claque, deux France. Une France indignée, une autre réjouie. Voici l’etat du pays, au lendemain de l’agression du Président Macron, ce mardi 8 juin, lors de son passage dans la Drôme.

 

La scène tourne encore en boucle dans les médias : elle s’est déroulée lors d’un déplacement du Président, à Tain-l’Hermitage. Macron se dirige vers la foule. Un homme lui serre la main, le tire… puis lui assène une baffe. 

 

Comme un seul homme, la classe politique réclame la tête du “badaud”, surnom de Damien T, l’auteur de l’agression. À juste titre, l’indignation est à son comble : “Inadmissible de s’attaquer physiquement au président de la République”, dixit Jean Marie Le Pen. “Solidaire du Président”, Jean-Luc Mélanchon. “Quand le président est agressé, c’est chaque Français qui reçoit un coup à travers lui”, tonne Marlène Schiappa. 

 

C’est évident, ils sont tous vénères, offensés, offensifs. Certains deviennent juges, procureurs, avocats : ils connaissent déjà le verdict contre l’agresseur, arrêté et mis en garde à vue : 3 ans de prison, disent-ils. Les éditorialistes tombent des nus. Au secours, crient-ils, la France est frappée, la fonction présidentielle est chosifiée. Un front républicain, comme on en a jamais vu, hors des grands enjeux nationaux. 

 

En face, l’opinion publique semble s’en amuser. Parfois, s’en réjouir. Un petit tour sur les réseaux sociaux permet de faire un constat accablant : les débats sont houleux. Souvent, dans un humour décapant. Depuis ce 8 juin, un site satirique s’est même crée sur Facebook. Son nom ? ‘Gifle à Macron’. Ses premiers postes ? “Le 8 juin sera désormais la journée officielle de la gifle”, “GIFLI des idées de génie !” ou encore “j’aurais préféré une fessée !”. Même la première Dame est mise en scène avec une image des plus hilarante: “Montre-moi qui t’a frappé”, ordonne Brigitte Macron. “Arrête tu me fous la honte…!”, répond son mioche. Son mioche ? Emmanuel Macron, flanqué d’un cartable d’écolier. Un montage photo …

 

D’autres n’ont pas le coeur à rire. Chez eux, se dégage un ras-le-bol inconsolable. Volcanique. Comme ‘Délie Marin’, sur Facebook : “Inacceptable geste. Il fallait taper plus fort”. Idée qui résonne avec le commentaire d’un quidam rencontré dans un bar du Cour Saint Louis, à Marseille : “Macron n’a fait que recevoir la gifle qu’il a donnée aux Français”. 

 

Les quatre années de son mandat, dit-il, ont été rythmées par des manifestations a répétition et un rejet viscéral de l’élite gouvernementale. “Elite incarnée par ce Président, qui joue avec les limites de la démocratie”, fustige-t-il, avant d’égrener les victimes du gouvernement, dont nombreux gilets jaunes. 2 500 blessés au cours de leur manifestations. Blessés, tués ou emprisonnés : il en connait beaucoup, avec noms et prénoms, et même l’état civil. 

 

Entre autres, Vanessa Langard, 36 ans, défigurée, Yvan Borysevic, 42 ans, a des troubles de la mémoire. Ritchie. A, perd son oeil gauche; Xavier, défiguré: Benoît, 28 ans, est placé dans un coma artificiel de 20 jours, après des tirs de LBD. Ou encore Zineb, morte à la suite des blessures occasionnées par une bombe lacrymogène reçue en pleine tête. “ Elle n’était même pas manifestante”, regrette-il.

 

Ces faits ont été dénoncés par Amnesty International. En cause : le droit de manifester pacifiquement, les mesures disproportionnées prises par les forces de l’ordre dans de nombreuses manifestations, l’emploi massif de gaz lacrymogènes, le recours aux techniques de nasses, ou encore l’utilisation des grenades explosives GLI-F4. L’Onu s’en est également indigné.

 

Est-ce à ces “sujets” que pensait Emmanuel Macron, dans une interview qu’il a accordée au Dauphiné Libéré, à la suite de son agression ?  “ Il ne faut pas que cela vienne occulter le reste des sujets si importants qui concernent la vie de beaucoup”, estime-t-il. Prise de conscience soudaine, pour protéger la sacralité de la fonction présidentielle, la République, avec le droit de manifester, sans risquer de finir dans un fauteuil roulant ? Enfin … pour saper les “tentations autoritaires” de ses troupes… Pas sûr. Le bilan qu’il tire de son agression en est la preuve. Il n’y voit ni l’expression d’un malaise généralisé, ni celui d’une colère étouffée par les flics. Mais plutôt… “ un acte isolé”.

 

 

Leco en image

Full Moon

Borderline est une émission du Correspondant, présentée par Tristan Delus. Cette fois, il vous emmène en mer de Chine, à la découverte de l’une des fêtes les plus folles du monde, pour la pleine lune : la Full Moon Party. Chaque mois, ils sont des milliers à s’y rendre, ils viennent de France, d’Amérique ou du Moyen Orient. Avec une seule règle : s’éclater jusqu’au lever du jour. Et sans modération !

Suivez-nous

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
l’instant t

La claque !

Une claque, deux France. Une France indignée, une autre réjouie. Voici l’etat du pays, au lendemain de l’agression du Président Macron, ce mardi 8 juin,

La « botte » people

Principale ville du sud de l’Albanie, Vlora est devenue la principale destination des voyageurs en provenance d’Italie, de l’autre côté de la mer adriatique. Ils

Hitler : la France et le mépris

A l’occasion de la réédition d’une nouvelle version de “Mein Kampf”, par les éditions Fayard, Christophe Weber, lauréat du prix Albert Londre, revient sur le

Justice : sous la loi de la mafia corse

Après les accusations d’assassinats, le détournement de fond… Repenti autoproclamé de la redoutable mafia corse, condamné en 2019, puis libéré en 2020, Claude Chossat les

La détresse des élèves infirmières

Elles vivent un enfer du début à la fin de leur formation. En tous cas, pour celles qui vont au bout… 40% d’entre elles lâchent

Ainsi se suicident nos étudiants

Jusque-là, le grand public pensait que le suicide était l’apanage des personnes fragiles, bipolaires ou traumatiques. Las. En France, le suicide est la deuxième cause