Le Correspondant, journal d'Investigation et du grand reportage

Le journal qui retourne le couteau dans l’info

27 février 2024
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

” Non, Camus n’était pas de ces brutes…”

Hantées par leur guerre de 7 ans, l’Algérie et la France n’ont pas fini de régler leurs comptes avec Camus. Chaque mois, un roman ou un récit déboule dans les libraires à succès, pour l’encenser ou le critiquer. On fait de lui l’arme du colonialisme ou un rempart contre la domination coloniale. Les chocs et les mots ne se comptent plus. Camus échappe à sa destinée. Son nom court au secours de tous les extrêmes. Un immense jeu d’horreur et de manipulation. Mais qui est vraiment Camus ? Humaniste, colonialiste ? Analyse aiguisée de Jacques Ould-Aoudia, chercheur en économie politique.

 

Albert Camus, icône intouchable ? Certes, son écriture porte une forte puissance évocatrice de l’Algérie, qui mobilise beaucoup d’émotions. Tipasa, la Méditerranée… J’y suis né. J’y ai vécu mes années d’enfance, avant et pendant les premières années de la Guerre d’Indépendance. Les textes de Camus m’ont touché. Mais finalement, j’ai toujours gardé un goût amer de ces lectures.

 

Depuis, j’ai assisté aux diverses polémiques qui se sont déroulées par-dessus sa tombe. Des conflits sur l’interprétation de ses écrits et ses différentes déclarations. Sur le sens de ses actions, dans le champ tumultueux de la Guerre d’Algérie. Les uns et les autres se déchirent, tirant à hue et à dia : chacun veut récupérer “son” écrivain, accessoirement Prix Nobel de littérature et Français né en Algérie.

 

Camus, humaniste, mais…

Longtemps, je me suis tenu éloigné de ces conflits, sans doute parce que j’étais dans un certain inconfort à plancher sur les oeuvres de Camus. Je lui ai toujours préféré des écrivains ouvertement engagés, comme Sartre ou Feraoun. Et c’est justement la lecture de « L’Anniversaire » de Mouloud Feraoun qui m’a décidé à affronter mon malaise vis à vis de Camus.

 

Ce contenu est réservé aux abonnés

Connectez-vous pour le déverrouiller

Leco en image

Full Moon

Borderline est une émission du Correspondant, présentée par Tristan Delus. Cette fois, il vous emmène en mer de Chine, à la découverte de l’une des fêtes les plus folles du monde, pour la pleine lune : la Full Moon Party. Chaque mois, ils sont des milliers à s’y rendre, ils viennent de France, d’Amérique ou du Moyen Orient. Avec une seule règle : s’éclater jusqu’au lever du jour. Et sans modération !

Suivez-nous

l’instant t

Ukraine : La plume dans la guerre

La littérature comme arme de guerre. Des œuvres où les mots ne se comptent pas. La plupart rédigées  par des militaires en exercice. Certains l’ont baptisée

Libéria, “le si mal nommé”

Dans ce monde de zapping, où le futur est collé au présent, le journaliste, Christophe Naigeon, a décidé de « déterrer » un conflit oublié. La folle

Yennayer, cette porte de l’année berbère

Ce n’est pas toujours courant que les informations en provenance du Maghreb soient joyeuses. Mais ce début d’année a fait exception à la règle. Du

Français et condamnés à mort !

Alors que la peine de mort n’existe plus en France, depuis son abolition le 09 octobre 1981, de nombreux français végètent encore dans les couloirs